Jeudi 14 octobre 2010 à 20:47


 

Je ne peux pas te perdre, tu n'es pas à moi.
Je peux bien grossir, tu ne me quitteras pas plus
Que ces jours ou ces heures que je vis en plus
Sans amour ou sans toi
Sans rêves et sans murmures
Je m'abime, tu le vois
Je m'abîme à l'usure.
De ces mois ces années
Dans ces tempêtes en furie
Je t'ai vu t'en aller
Vivre ta propre vie
Aujourd'hui je pleure
Mon intérieur se meurt
De n'avoir pu t'effleurer.
Tout autour tout s'agite
Et je reste spectateur
D'un spectacle qui m'habite
Mais me crève le coeur.
Il est mort le soleil
Il est mort c'est fini
Je les observe tous ces gens
Qui font trop de bruits
Je les vois qui s'embrassent
Je les regarde qui dansent
Et lorsqu'ils s'enlacent
C'est à toi que je pense.



Par pelote le Jeudi 14 octobre 2010 à 20:53
Le dernier, le tout dernier paragraphe, il me fait drôlement écho. Seulement, me voilà bien embêtée, je ne peux pas vraiment dire comment il résonne.
Par Away-I-go le Jeudi 14 octobre 2010 à 21:09
en même temps, le nutella c'est délicieux!! =)
oui, ça c'est du commentaire utile!! XD
(oui, oui, je vais aller me cacher plus loin.... )
 

Ajouter un commentaire

Note : Au.dela.des.frontieres n'accepte que les commentaires des personnes possédant un compte sur Cowblog : vous devez obligatoirement être identifié pour poster un commentaire.









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

Changer d'habillage

<< Présent | 1 | 2 | 3 | Passé >>

Créer un podcast