Vendredi 1er octobre 2010 à 22:16







" Les yeux sont le miroir de l'âme "


Donc, c'est normal.
Je patauge bel et bien dans un océan de dépression.
Mes yeux sont trop verts, le tour trop foncé, et le tout donne une sorte de profondeur.
Qui donne le vertige.
Puis les larmes, je sais pas ce qu'elles attendent. Je les sens accrochées. Prêtes à se laisser glisser. On pourrait croire que ça fait du bien, que c'est comme de laver le mal qu'il y a en soi, d'extraire les maux, mais lorsqu'on les regarde, elles n'ont pas l'air si sales que ça. Elles sont même plutôt claires. Plutôt pures. Le problème, c'est qu'à force de refouler, de faire barrage, ça inonde à l'intérieur. Et sous l'eau, on étouffe.
Cette semaine, j'ai eu l'impression d'être en phase terminale. C'est ce que je ressens au fond de moi. Le boulot, les collègues, tout ça, je ne me cache plus. Je vais pas bien. Je ne parle plus. Je reste seul dans mon coin. J'attends gentiment, je compte les secondes moi et mes yeux déchirés par les maux. J'attends.

C'est difficile d'être soi et perdu, au milieu de tous ces gens que se satisfont de cette vie là.
Il va se passer quelque chose d'ici un mois ou deux. Je sais pas, je le ressens. C'est un peu loin, un peu faible et sans bruit. Mais c'est là. Une sorte de cassure avant de pouvoir se donner un peu de souffle.

J'ai trop gardé l'espoir qu'un jour tout s'arrange, qu'il change, qu'on soit libre, heureux, et tout. J'ai toujours été déçu. A force d'être frappé de déception, on ne ressent plus les coups. La vie on se la prend en pleine figure et on la ferme. Alors me dire de me bouger, d'agir, etc, stop, j'en ai ma claque. J'ai pas envie, compris ? Je veux plus en entendre parler. J'ai pas envie de m'illusionner, de faire semblant pour me croire heureux. Je veux l'être. Vous n'aimez pas les mensonges, ben je n'aime pas me mentir à moi même. Je veux pas me dire que la vie est belle si j'ai pas une putain de gagne à l'intérieur du corps quand je me lève le matin. Je ne veux pas me dire que je suis heureux si ça crépite jamais à l'intérieur, que tout est plat, gris, froid et sombre à la fois. Je ne veux pas me dire libre coincé entre vos quatre murs, j'ai besoin de respirer à plein poumons dans les Grand Espaces. J'ai besoin de sentir le vent, le soleil, le chaud, le froid, l'eau, pour me sentir vivant. Avoir conscience de la Vie et de ses éléments





Par Kaidan le Samedi 2 octobre 2010 à 18:26
Qu'est ce que tu attends...
 

Ajouter un commentaire

Note : Au.dela.des.frontieres n'accepte que les commentaires des personnes possédant un compte sur Cowblog : vous devez obligatoirement être identifié pour poster un commentaire.









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

Changer d'habillage

<< Présent | 1 | 2 | 3 | Passé >>

Créer un podcast